drjones.fr l'actualité du réalisateur Steven Spielberg

The Terminal

The Terminal

Fiche technique

Réalisation: Steven Spielberg
Scénario: Sacha Gervasi, Jeff Nathanson & Andrew Niccol
Interprètes:
Tom Hanks, Catherine Zeta-Jones, Chi McBride, Stanley Tucci, Diego Luna, Zoe Saldana, Barry Henley, Kumar Pallana, Zoe Saldana & Eddie Jones
Décors:
Musique: John Williams
Directeur de la photographie: Janusz Kaminski
Durée cinéma:
2 H 08 mn, Couleur


Viktor Navorski est l'un de ces milliers de touristes, venus des quatres coins du monde, qui débarquent chaque jour à l'Aéroport JFK de New York. Mais, à quelques heures de son arrivée, voilà qu'un coup d'Etat bouleverse sa petite république d'Europe Centrale, mettant celle-ci au ban des nations et faisant de Viktor... un apatride. Les portes de l'Amérique se ferment devant lui, alors même que se bouclent les frontières de son pays : Viktor est bel et bien coincé...
Conscient que son séjour risque de se prolonger indéfiniement, Viktor s'improvise une nouvelle vie dans le Terminal de JFK. Tandis que les jours, les semaines et les mois s'enchaînent, l'exilé découvre un monde surprenantt où cohabitent méfiance et bureaucratie tatillonne, systhème D, absurdité, générosité, ambition, amour, entraide et amitié...


L'AVIS DES CRITIQUES

Studio Magazine (N°204 septembre 2004)
Une fable sur le rêve américain exaltée par un Tom Hanks au top.
S'il est une chose que Steven Spielberg aime - et sait - faire, c'est toucher le public au coeur. Avec LE TERMINAL, il reprend des thèmes qui lui sont chers, d'E.T. à IL FAUT SAUVER LE SOLDAT RYAN, et nous raconte l'impossible retour au pays d'un apatride temporaire, obligé, faute de visa, d'élire domicile dans la zone de transit de l'aéroport JFK à New-York. Dans le rôle, Tom Hanks, dont on pouvait penser qu'il avait atteint le sommet avec sa performance azimutée dans LADYKILLERS, montre qu'il est encore loin d'avoir épuisé ses ressources.
Maîtrisant un nouvel acccent, il livre une interprétation habitée de cet homme qui n'a pourtant ni défaut ni failles. Les qualités poignantes d'humanisme, de grâce et de modestie qu'il lui donne font oublier les aspects peu vraissemblables de l'intrigue, comme la facilité avec laquelle celui-ci apprend l'anglais ou trouve un travail dans l'aéroport. Il y a du Chaplin chez Tom Hanks !
Du coup, le spectateur ne peut que s'identifier à ce personnage qui fait le bien autour de lui. LE TERMINAL, dont la filiation avec l'oeuvre de Frank Capra est manifeste, peut paraître désuet par son optimisme à tous crins et son exaltation de l'amitié et de la solidarité. Pour autant, il ne faut pas se priver de faire une lecture plus poussée du film. Car, derrière son apparente candeur, cette fable pulvérise le rêve américain et expose, en ces temps de paranoïa sécuritaire, les sentiments confus des habitants de la première puissance mondiale vis-à-vis des "étrangers". Une fois encore, Spielberg prouve qu'il est un des meilleurs conteurs d'histoires au cinéma. Même les cyniques auront du mal à résister !
Sophie Benamon

Ciné Live (N°82 septembre 2004)
Attention, ceci n'est pas un film de Spielberg, mais un film de Tom Hanks, nuance. Une sucrerie au parfum de fable, un poil chargée mais bien agréable en bouche.
On devrait toujours se renseigner sur le planning prévisionnel des coups d'Etat dans son pays avant de prendre l'avion pour les States. Surtout quand on demeure en Krakozie, contrée slave (tout autant qu'imaginaire) au gouvernement instable. Ça peut être génant. C'est ainsi que Viktor , Krakozien grand teint, débarque sur le tarmac de New-York pour découvrir qu'un putsch a rayè la Krakosie de l'Atlas. Officiellement, Viktor n'existe plus, son visa n'est plus valide, son passeport n'a plus de valeur, il ne peut ni entrer aux Etats-Unis ni retourner chez lui. Il est coincé. "Vous pouvez rester dans le termianl, c'est tout", explique le directeur de l'aéroport (Stanley Tucci, martial) à l'apatride qui comprend un mot et demi d'anglais. Robinson échoué sur un îlot habité par une peuplade aux rites et au sabir obscurs, Viktor s'improvise une nouvelle vie. Apprend l'anglais grâce à CNN, a le beguin pour une hôtesse de l'air et campe dans une aile désafectée, surveillé comme un rat de laboratoire par les gradés du termianl qui se demandent pourquoi diable il n'essaie pas de s'évader.
Parce que Steven Spielberg se prend pour Frank Capra et que Tom Hanks fait un James Stewart idéal, voilà pourquoi ! En conséquence, le héros respecte scrupuleusement la loi, fait des choses splendides et impossibles, tandis que la mise en scène de Spielberg s'efface derrière la composition de Tom Hanks, formidable dans le rôle du candide immergé dans une Amérique en réduction étouffée par sa bureaucratie. De cet homme ordinaire au charme ineffable, qui ravit et captive par mille détails anodins, Spielberg ne peut pourtant s'empêcher d'en faire un justicier confit dans les bons sentiments. Dépourvu de cette féerie satirique propre aux films de Capra, LE TERMINAL patine un chouïa dans une guimauve moralisatrice avant de reprendre son équilibre. C'était de justesse.
Sandra Benedetti.

Première (N°331 septembre 2004)
Expulse-moi si tu peux. Inspirée de l'expérience vécue par un Iranien qui réside depuis seize ans à Roissy, l'histoire de TERMINAL a été coécrite par Andrew Niccol. Rien d'étonnant donc à ce que l'on retrouve en Viktor Navorski, personnage vierge attendant de découvrir le (nouveau) monde et de gagner sa liberté aux dépens d'un démiurge manipulateur, la patte de l'auteur de THE TRUMAN SHOW et S1M0NE.
LE TERMINAL est aussi et avant tout un film Spielbergien, sorte de négatif d'ARRETE-MOI SI TU PEUX. SI ces deux comédies mélancolico-humannistes appartiennent à la veine de Frank Capra du cinéaste, leur schéma est inversé: ARRETE-MOI... suivait le parcours d'un escroc poursuivi par le gouvernement à travers les Etats-Unis; LE TERMINAL suit celui d'un honnête homme, cloîtré à l'entrée des Etats-Unis, dont les autorités veulent se débarasser. Le premier illustrait la vision d'un réalisateur juvénile et fougueux, ce film-ci celle d'un papa raisonnable, voire un peu pépère, mais toujours aussi virtuose et attachant. Comme d'hab avec Spielbereg, un poil de complaisance côtoie plein de petites idées de mise en scène à grands effets. Cela dit, son optimisme se teinte de nuances (de plus en) plus sombres. Ainsi derrière les thèmes habituels (famille de substitution, rapport au père, regard enfantin au monde) se profilent la vision d'une amérique terre de fantasme eux fondations sclérosées (ah, le protectionnisme ricain !) et un sens de l'abnégation face aux aléas de la vie assez inédits. Associées à des acteurs parfaits, cette richesse thématique et émotionnelle fait du TERMINAL un des Spielberg les plus drôles et les plus touchants.
Nicolas Schaller

Recherche

Le film du moment

West Side Story premier trailer


Suivez nous

Vous pouvez suivre l’actualité du site et ainsi rester en contact avec tout ce qui concerne Steven Spielberg sur Twitter, sur la page Facebook et aussi avec le flux RSS


Sur le net

Aidez l'association perce neige

Vos commentaires

comments powered by Disqus